Archive pour la catégorie ‘► Actualité’

Samedi 16 octobre, on continue !

jeudi 14 octobre 2010

Manifestation-du-16-octobre_57535

Tract-retraites-16-octobre

Samedi 2 octobre, encore plus nombreux-ses pour nos retraites !

vendredi 1 octobre 2010

Tract_retraite_2octobre

Le 7 septembre, manifestons pour nos retraites !

dimanche 5 septembre 2010

Download-2

Pour une république libre, égale et fraternelle : manifestation le 4 septembre

samedi 4 septembre 2010

Le Parti socialiste s’associe à la mobilisation du 4 septembre, face à la xénophobie et à la politique du pilori opérée par le gouvernement, notamment contre les gens du voyage et les Roms accusés d’être « des fauteurs de trouble », tout comme les étrangers.

 
« Le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale ».
 
La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». « Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République ».
 
Le Parti socialiste, signataire de cet appel, encourage à manifester le samedi 4 septembre.
Rendez-vous à 14h place de la République à Paris, et partout en France, afin de fêter le 140ème anniversaire d’une République « que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle ».
 
Signez l’appel en ligne : http://nonalapolitiquedupilori.org/

« Ils n’ont qu’à devenir français ! »

mardi 6 avril 2010

assemblee nationaleGrand événement à l’Assemblée Nationale le 25 mars dernier : M. Georges Siffredi a honoré de sa présence les bancs des députés de la nation. Le fait est assez rare pour être souligné : avec quatre interventions en séance, l’année 2009 n’aura pas épuisé le député de notre XIIIème circonscription des Hauts-de-Seine (comme nous nous en sommes déjà émus par deux fois auprès de lui… sans réponse, cela va sans dire).

Et voilà qu’avec le printemps, le diablotin de Châtenay-Malabry sort de sa boite et trouve enfin le chemin du Palais-Bourbon.

Le sujet du jour est le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne résidant en France, proposition de loi socialiste que soutient une majorité de français et qui fait écho au nauséabond débat sur l’identité nationale qu’ont tenté d’installer Eric Besson et sa droite réactionnaire.

Diantre ! M. Siffredi, qui s’est tu sur tous les sujets de l’année, aurait donc quelque chose à dire sur la question du droit de vote des étrangers ? Les minutes des débats du 25 mars 2010 le prouvent en effet.

Si nul ne sera surpris d’apprendre que M. Siffredi est opposé à l’idée d’augmenter les droits des étrangers, le détail de ses interventions à l’Assemblée Nationale a de quoi faire tomber à la renverse.

A un député qui rappelle que « certains de nos concitoyens, qui vivent sur le sol français depuis cinq, dix, vingt, parfois cinquante ans, aimeraient bien que les grands principes de liberté, d’égalité et de fraternité, les grands principes de citoyenneté et de démocratie voulus par la République française soient enfin mis en œuvre », M. Siffredi répond… « Ils n’ont qu’à devenir français ! », rejetant ainsi la faute de la discrimination sur les discriminés eux-mêmes, feignant de méconnaitre que la naturalisation est le fait de l’État et qu’il ne suffit pas de demander la nationalité française pour l’obtenir, « oubliant » opportunément que le nombre d’étrangers naturalisés, pourtant grande tradition française, a baissé de façon spectaculaire chaque année depuis 2004, depuis que les amis de M. Siffredi sont aux affaires du gouvernement.

« Ils n’ont qu’à devenir français ! » n’est une boutade, me ferez-vos observer ? Mais que penser alors de l’intervention écrite et préparée par M. Siffredi, lue en séance par son auteur et qui contient cet incroyable passage : « Les résidents étrangers, par définition, ne font pas partie de la nation » !

Jean-Marie Le Pen n’aurait pas « mieux » dit.

Comme votre France est laide, M. le Député ! La mienne accueille quand la vôtre fustige. Ma France grandit de ses enfants quand la vôtre s’en méfie.

Pécresse reçoit le « prix de la destruction »

samedi 7 novembre 2009

AFP – 07/11/2009

Des membres du syndicat étudiant UNEF ont remis ce matin le « prix de la destruction » à la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse, qui participait à une convention sur le thème du logement, à Paris (XXe), ont indiqué ces étudiants à l’AFP.

Ce prix est décerné à Valérie Pécresse « pour être la ministre de l’Enseignement supérieur qui a vu le plus grand nombre de chambres détruites sous son mandat« , précise son intitulé, en référence à la destruction prévue de 548 chambres à la cité universitaire d’Antony (Hauts-de-Seine).

Selon une vidéo de l’Unef qu’a pu voir une journaliste de l’AFP, plusieurs membres de l’Unef ont interrompu Mme Pécresse, chef de file de l’UMP pour les régionales en Ile-de-France, pour lui remettre ce prix, tandis que d’autres membres jetaient des confettis et distribuaient des tracts mentionnant « Antony en danger, Pécresse coupable! ».

Un second prix a également été remis au président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian.

« Le but de cette action est de montrer qu’on attend des actes concrets vis-à-vis des chambres universitaires qui sont dans les Hauts-de-Seine« , explique Emmanuel Zemmour, membre de l’Unef. « Nous demandons que les chambres (du bâtiment C de la cité universitaire) ne soient pas détruites mais réhabilitées« , a-t-il poursuivi.

Le 1er mai, je marche avec les socialistes

samedi 18 avril 2009

tract_1er_mai

Grande mobilisation le 19 mars 2009

samedi 14 mars 2009

tract_19_mars.jpg

Les valeurs de gauche

dimanche 1 mars 2009

En janvier dernier dans nos colonnes, nous soulignions le cumul des mandats de Georges Siffredi : député de notre circonscription, maire de Châtenay-Malabry et président de notre communauté d’agglomération.

Quel contraste avec Philippe Sarre, socialiste qui, élu maire de Colombes il y a quelques mois, abandonne aujourd’hui son siège de conseiller général pour mettre ses actes en rapport avec ses valeurs !

Et que penser de l’affichage officiel d’une mairie socialiste (Fontenay-aux-Roses) qui présente toute l’équipe municipale —et même l’opposition— en comparaison des mêmes panneaux vus par Jean-Yves Sénant à Antony où le pouvoir semble bien solitaire.

Non décidément, même dans les détails, les valeurs de gauche n’ont rien à voir avec l’exercice du pouvoir à la sauce UMP. Cela vaut à l’Élysée comme à Antony…

Face à la crise il est VRAIMENT urgent d’agir !

samedi 14 février 2009

A partir de ce dimanche 15 février, les socialistes seront présents dans les quartiers et informeront les Antoniens de leurs initiatives pour agir VRAIMENT contre la crise, ce que le gouvernement est hélas! bien loin de faire, nonobstant ses rodomontades survitaminées et ses effets de manches stériles.

Agir contre la crise, c’est agir pour le pouvoir d’achat des français… maintenant !

  • Lire le tract du Parti Socialiste
  • Voir le site http://www.agirvraimentcontrelacrise.fr
  • Front commun de onze partis de gauche

    dimanche 8 février 2009

    Manifestation du 19 janvier 2009Le Parti socialiste et dix autres organisations de gauche réclament dans une déclaration commune, un « changement de cap » de la part du Gouvernement et apportent « leur soutien aux mobilisations » actuelles.

    Communiqué commun :

    Les partis et organisations de gauche réunies mardi 3 février à Paris se félicitent de l’ampleur du succès de la mobilisation sociale du 29 janvier. L’importance des grèves et des manifestations qui ont marqué cette journée témoigne d’un rejet massif des choix politiques du gouvernement Sarkozy-Fillon, marque une colère légitime face aux vagues actuelles de licenciements et de suppressions d’emplois, dans le privé comme dans le public, confirme l’exigence d’un « bouclier social » à l’opposé du « bouclier fiscal » pour les plus riches, et de mesures en faveur de l’emploi et des salaires à l’opposé des choix du gouvernement qui distribue sans contrepartie des milliards aux banques et aux grandes groupes.

    Le message de la journée du 29 janvier est clair. Ce n’est pas au monde du travail, à la population de payer la crise. Contrairement à ce que vient d’affirmer le Premier ministre, la journée du 29 janvier porte clairement la demande d’un changement de cap, notamment sur les questions des salaires, de l’emploi, des services publics. Nicolas Sarkozy et le gouvernement ne peuvent se dérober à ces exigences et ignorer les grands axes avancés dans la plate-forme syndicale unitaire.

    Plus largement, un très grand débat public est nécessaire dans le pays sur les mesures alternatives aux choix politiques actuels qui permettront de s’attaquer réellement et efficacement aux racines de cette crise et d’imposer une autre répartition des richesses et un autre type de développement.

    Manifestation unitaire 29 janvier 2009Les organisations réunies apportent leur soutien aux mobilisations qui se développent ces jours ci dans l’éducation, dans l’enseignement supérieur et la recherche où le gouvernement doit revenir sur la loi Pécresse et ses décrets d’application, dans les hôpitaux et la santé, où l’inscription à l’ordre du jour du Parlement le 10 février prochain du projet de loi Bachelot doit être annulée. Parce que ces textes représentent des attaques inacceptables contre les services publics, elles appellent à prendre et à soutenir dans les jours qui viennent les initiatives nécessaires pour les combattre.

    Elles s’alarment dans ce contexte des atteintes répétées aux libertés publiques et syndicales, qui en cherchant à intimider les mouvements de contestation, conduisent à une inquiétante dérive autoritaire du pouvoir qu’elles ne peuvent accepter.

    Enfin, elles tiennent à apporter leur soutien à l’imposant mouvement social qui mobilise depuis plusieurs semaines la Guadeloupe, et demandent au gouvernement d’engager au plus vite de réelles négociations sur les revendications exprimées, notamment sur la question du pouvoir d’achat.

    Les organisations réunies ont convenu de se revoir après l’intervention télévisée présidentielle du 5 février et la réunion des organisations syndicales prévue le 9 février pour décider de la suite de leur démarche commune en appui du mouvement social.

    Ont donné leur accord ce soir :
    Les Alternatifs, la Coordination nationale des collectifs unitaires (CNCU), Lutte Ouvrière, le NPA, le PCF, le PCOF, le Parti de gauche, le Parti Socialiste, Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo.

    Agir VRAIMENT contre la crise !

    lundi 2 février 2009

    agir_contre_la_crise.jpg(d’après l’AFP, dépêche du 2 février 2009)

    Le Parti socialiste a jugé aujourd’hui que les 1.000 projets du plan de relance annoncés par François Fillon, premier ministre, se résumaient à « beaucoup d’esbroufe pour peu d’effet« , leur impact sur la croissance en 2009 étant « extrêmement faible« .

    Michel Sapin, secrétaire national du PS à l’économie, estime dans un communiqué que « la présentation du Premier Ministre s’apparente plutôt à un énième effet de communication« .

    Pour l’ancien ministre socialiste de l’économie, « l’impact sur la croissance en 2009 des projets annoncés sera extrêmement faible. Pour la plupart, ces projets étaient déjà prévus« .

    « L’Etat ne fait donc qu’honorer des engagements pris précédemment, fait du neuf avec du vieux, ce qui est largement insuffisant pour relancer la croissance« , précise-t-il.

    Pour la plupart, « les mises en chantier ne débuteront qu’en 2010, voire 2011, et il est donc faux de dire qu’elles auront un effet important sur l’activité en 2009« , note le député PS.

    « Ce sont des investissements nouveaux et à effets immédiats qui doivent être mis en place, notamment dans les hôpitaux et pour le logement social, comme l’a proposé le Parti socialiste« .

    Dans son contre-plan de relance, rappelle-t-il, le PS préconise la construction de 300.000 logements sociaux, la rénovation des bâtiments hospitaliers, et des investissements en matériel….

  • Pour tout savoir sur le plan de relance des socialistes rendez-vous sur www.agirvraimentcontrelacrise.fr.
  • Mobilisons-nous !

    mardi 27 janvier 2009

    Le Parti Socialiste appelle ses militants et élus à participer à la journée de mobilisation interprofessionnelle du privé et du public, le 29 janvier prochain :

    Parce que face à la crise il est vraiment urgent d’agir, ce que ne fait pas le gouvernement dont les seuls gestes sont pour la restriction des libertés, dont les seuls mots sont pour la casse des services publics, la section PS d’Antony sera massivement présente à la Bastille le jeudi 29 janvier 2009 à 14h.

    Face à l’incurie du gouvernement Sarkozy-Fillon, les armes citoyennes doivent fonctionner à plein : pour faire de la manifestation du jeudi 29 janvier un immense succès, acteurs du public comme du privé, salariés comme retraités ou sans-emploi… mobilisons-nous !

    2009, la gauche à l’offensive !

    dimanche 4 janvier 2009

    A l’occasion de cette année 2009, Sylvie TOUZET, secrétaire de la section d’Antony, et tous les militants du Parti Socialiste d’Antony vous présentent leurs meilleurs vœux et vous invitent à fêter la nouvelle année :

    Samedi 24 Janvier à partir de 19 h, à la maison du Mont-Blanc,
    2, rue du Mont-Blanc — 92160 ANTONY.

    Invitation Voeux du PS Antony 2009

    Mon dimanche j’y tiens

    samedi 20 décembre 2008

    tract_travail_dimanche.jpg« Nicolas Sarkozy a décidé de passer en force pour généraliser le travail le dimanche. Cette décision sera inefficace sur le plan économique, dangereuse pour les salariés, et néfaste pour la vie sociale. Mobilisons-nous pour défendre un autre modèle de société ! ».

    Les socialistes seront présents sur le marché d’Antony ce dimanche 21 décembre 2008 pour distribuer aux citoyens un tract d’alerte sur le projet de loi de généralisation du travail dominical.