Droit de vote des étrangers

POUR LE DROIT DE VOTE DES ETRANGERS REGULIERS AUX ELECTIONS LOCALES NOS ENGAGEMENTS DEVANT LES FRANÇAIS
‘’Présider la République, c’est démocratiser les institutions. Et j’introduirai (le non-cumul des mandats pour les Parlementaires, une part de proportionnelle à l’Assemblée nationale, la parité dans l’exercice des responsabilités et le droit de vote des étrangers aux élections locales, sans rien craindre pour notre citoyenneté, pour la cohésion du pays, en mettant de côté les peurs, les frilosités et les conservatismes. ‘’ (Discours de François Hollande au Bourget le 22 janvier 2012).

‘’ J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans. ‘’ (Proposition 50 du candidat François Hollande)

Conformément aux engagements du Parti socialiste depuis plus de 30 ans, réaffirmés lors du dernier Congrès par tous les socialistes, Harlem Désir, notre Premier Secrétaire, rappelle en février 2013 : ’’ Cette réforme, nous allons continuer à nous battre pour qu’elle se fasse ‘’.

LA DROITE CONSERVATRICE BLOQUE CETTE AVANCEE DEMOCRATIQUE
Pour voter la loi accordant le droit de vote aux étrangers réguliers à l’élection municipale, il est nécessaire de réviser préalablement la Constitution, en rassemblant une majorité d’au moins 3/5èmes des parlementaires au Congrès (Assemblée Nationale plus Sénat).

Les votes de la Gauche seule ne sont donc pas suffisants : aujourd’hui, il manque une trentaine de voix pour atteindre les 3/5èmes des voix.

Comme elle a tenté de le faire pour toutes les avancées sociétales démocratiques (PACS en 1999, mariage pour tous en 2013, etc.), la droite bloque ce processus en interdisant à ses troupes de voter cette réforme, rendant impossible la présentation du projet de loi.

Blocage d’autant plus incompréhensible, qu’avant de se raviser, Nicolas Sarkozy avait exprimé en 2001 dans son livre  » Libre  » qu’il n’était pas opposé à l ‘obtention de ce droit, position réaffirmée en 2005.

Loin du tumulte médiatique, le gouvernement de Jean Marc AYRAULT cherche chaque semaine à convaincre des parlementaires, notamment non inscrits ou centristes, à au moins s’abstenir pour que ce taux de 3/5èmes des suffrages exprimés soit atteint au Congrès.

En France, les étrangers qui vivent en situation régulière sur notre sol paient des impôts, travaillent, produisent de la richesse et contribuent à la solidarité nationale. Leurs enfants ont été élevés dans nos villes, dans nos villages, ils grandissent ou ont grandi avec les nôtres, dans les mêmes écoles, les mêmes clubs sportifs, les mêmes associations. Ce sont nos voisins, nos collègues, nos amis, ceux de nos enfants, nos parents parfois.

En Europe, Sur les 27 pays membres de l’Union européenne, 15 ont accordé le droit de vote aux étrangers aux élections locales

Soutenons nos élus locaux, nationaux et le Président de la République pour qu’aux cotés des ressortissants de l’Union européenne qui ont déjà le droit de vote aux élections locales, notre République permette aux résidents réguliers étrangers de s’exprimer localement.

La lettre de Harlem DESIR aux parlementaires

Laisser un commentaire