Le non-cumul des mandats expliqué à mon député

Lettre ouverte à Monsieur Georges SIFFREDI, député-maire de Châtenay-Malabry (92), président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre.

Monsieur le Député, Monsieur le Maire, Monsieur le Président de Communauté d’Agglomération,

siffrediIl y a bientôt un an, le 6 décembre 2008, je vous écrivais un courrier pour m’étonner du triple cumul de mandats que vous vous apprêtiez à assumer en succédant à Patrick Devedjian à l’Assemblée Nationale. Trois mandats : autant de rôles ardus et prenants que vous ne trouviez pourtant manifestement pas nécessaire de remplir à temps plein. Autant de salaires cumulés aussi, qui vous plaçaient au plafond autorisé par la loi.

A ce courrier, vous m’aviez répondu le 22 janvier 2009, en substance, que vous vous « attacheriez à travailler le mieux possible dans l’intérêt des Français » et que vous ne « conceviez pas le mandat de parlementaire sans un ancrage local fort« , ce qui vous conduisait à demeurer Maire de Châtenay-Malabry et Président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre.

J’en ai alors pris acte. Et avec moi l’ensemble des Châtenaisiens et tous les électeurs de la XIIIème circonscription des Hauts-de-Seine.

Aujourd’hui, après plus de dix mois, votre mandat peut être évalué. Et le résultat, vous me pardonnerez de le souligner, Monsieur le Député, est particulièrement inquiétant :
• Présent à peine treize semaines à l’Assemblée (pour une seule intervention dans l’hémicycle !), ce qui vous place dans les 20% les moins assidus.
• Dix-sept petites présences en commissions (et une seule intervention), ce qui vous situe là encore parmi les moins actifs.
• Tout juste cinq amendements signés, chiffre de toute queue de peloton.

Dire que le bilan n’est pas brillant serait une litote. Ce résumé de votre activité parlementaire est la démonstration vivante de l’intérêt d’interdire le cumul des mandats.

Car de toute évidence, Monsieur le Député, cet « ancrage local », que vous souhaitez « fort », l’est tellement qu’il nuit à l’activité de législateur que sont en droit d’attendre de vous les cent trente mille habitants de notre circonscription.

Monsieur le Député, mon courrier de décembre 2008 doutait par anticipation du bien fondé du triple cumul de vos mandats. Celui d’aujourd’hui porte en lui la certitude de la preuve.

Ma question est donc simple : combien de temps allez-vous continuer de duper les citoyens du sud des Hauts-de-Seine en n’assumant pas la tâche pour laquelle ils vous croient investi, celle de « travailler le mieux possible dans l’intérêt des Français » ?

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Député-Maire et Président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre, en l’assurance de mes respectueuses salutations.