Archive pour octobre 2009

Municipalité d’Antony, des économistes approximatifs et des écologistes à la petite semaine

lundi 26 octobre 2009

Dans le numéro d’octobre 2009 du bulletin municipal Vivre à Antony, Jean-Yves Sénant, discret maire de notre ville, s’aventure, au fil de son éditorial, à vanter le bilan économique des mandatures successives de la droite locale. Un éditorial à lire assurément tant le bilan qu’il en tire montre que notre maire a une conception toute personnelle de l’économie et un intérêt bien mitigé pour l’environnement.

Le commerce de proximité ? tout va bien…

boulangerie« Malgré les difficultés qu’il rencontre[…], notre commerce de proximité tient bon. »

Voilà une phrase qu’il fallait oser écrire ! Les Antoniens qui ont vu fermer les uns après les autres les petits commerces dans leur quartier, ceux qui ont compté les agences immobilières ou banques qui les ont remplacés, n’ont pas du sourire en lisant la prose de leur maire.

La voiture ? Il en faut plus…

« La ville se doit de [faciliter] le stationnement.  La gratuité […] a été portée à 20 minutes dans le centre-ville et, après le doublement du parking Firmin Gémier, nous travaillons sur un nouveau projet de parking dans le quartier Saint-Saturnin »

parkingSans doute, M. Sénant n’a-t-il pas entendu parler des gaz à effet de serre, du réchauffement climatique ou du Grenelle de l’Environnement de son mentor Sarkozy pour ainsi promouvoir ouvertement l’usage de la voiture dans sa ville ? Au lieu de développer les transports publics, qui hélas! sont le parent pauvre de notre Communauté d’Agglomération, au lieu de promettre la gratuité totale sur notre réseau de bus ou le développement drastique des lignes, notre maire, tout à son inventivité, se targue d’augmenter la gratuité pour les voitures et promet toujours plus de places de stationnement (et de grands bénéfices pour les opérateur privés à qui l’ont ne manquera pas de céder la délégation de la gestion des ces parkings) ! L’écologie attendra : à Antony, les pistes cyclables sont rares, les bus inutiles et la voiture déifiée.

L’emploi ? Tout est parfait…

emploi« Le nombre d’emplois offerts sur [Antony] progresse : il dépasse aujourd’hui 23.000 contre 15.000 il y a 25 ans. »

La encore, il fallait oser se vanter d’avoir, en un quart de siècle, créé 300 emplois par an dans une ville de 60.000 habitants ! Comparativement, ce chiffre est très inférieur à ce qu’a réalisé le département des Hauts-de-Seine et bien moindre encore par rapport aux mêmes données à l’échelle de la Région Ile-de-France. Contrairement à ce que tente de nous faire croire Jean-Yves Sénant, Antony n’est pas premier de la classe en matière d’emploi, c’est le moins qu’on puisse dire. Et encore, le Maire, dans son éditorial, omet-il opportunément de dire que :
le taux d’activité (rapport entre le nombre d’actifs et la population totale) de notre ville est plus bas que les villes voisines… et en baisse !
le taux d’emploi (rapport entre le nombre d’emplois existants et la population active) y est assez faible : en clair, plus qu’ailleurs les Antoniens travaillent en dehors de leur ville, ce qui augmente d’autant l’utilisation de la voiture !

Alors, Monsieur le Maire, encore un petit effort pour comprendre que les questions économiques et celles liées à l’environnement sont plus imbriquées que vous ne le croyez et moins simplistes que vos écrits éditoriaux auto-satisfaits.

Le non-cumul des mandats expliqué à mon député

samedi 24 octobre 2009

Lettre ouverte à Monsieur Georges SIFFREDI, député-maire de Châtenay-Malabry (92), président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre.

Monsieur le Député, Monsieur le Maire, Monsieur le Président de Communauté d’Agglomération,

siffrediIl y a bientôt un an, le 6 décembre 2008, je vous écrivais un courrier pour m’étonner du triple cumul de mandats que vous vous apprêtiez à assumer en succédant à Patrick Devedjian à l’Assemblée Nationale. Trois mandats : autant de rôles ardus et prenants que vous ne trouviez pourtant manifestement pas nécessaire de remplir à temps plein. Autant de salaires cumulés aussi, qui vous plaçaient au plafond autorisé par la loi.

A ce courrier, vous m’aviez répondu le 22 janvier 2009, en substance, que vous vous « attacheriez à travailler le mieux possible dans l’intérêt des Français » et que vous ne « conceviez pas le mandat de parlementaire sans un ancrage local fort« , ce qui vous conduisait à demeurer Maire de Châtenay-Malabry et Président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre.

J’en ai alors pris acte. Et avec moi l’ensemble des Châtenaisiens et tous les électeurs de la XIIIème circonscription des Hauts-de-Seine.

Aujourd’hui, après plus de dix mois, votre mandat peut être évalué. Et le résultat, vous me pardonnerez de le souligner, Monsieur le Député, est particulièrement inquiétant :
• Présent à peine treize semaines à l’Assemblée (pour une seule intervention dans l’hémicycle !), ce qui vous place dans les 20% les moins assidus.
• Dix-sept petites présences en commissions (et une seule intervention), ce qui vous situe là encore parmi les moins actifs.
• Tout juste cinq amendements signés, chiffre de toute queue de peloton.

Dire que le bilan n’est pas brillant serait une litote. Ce résumé de votre activité parlementaire est la démonstration vivante de l’intérêt d’interdire le cumul des mandats.

Car de toute évidence, Monsieur le Député, cet « ancrage local », que vous souhaitez « fort », l’est tellement qu’il nuit à l’activité de législateur que sont en droit d’attendre de vous les cent trente mille habitants de notre circonscription.

Monsieur le Député, mon courrier de décembre 2008 doutait par anticipation du bien fondé du triple cumul de vos mandats. Celui d’aujourd’hui porte en lui la certitude de la preuve.

Ma question est donc simple : combien de temps allez-vous continuer de duper les citoyens du sud des Hauts-de-Seine en n’assumant pas la tâche pour laquelle ils vous croient investi, celle de « travailler le mieux possible dans l’intérêt des Français » ?

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Député-Maire et Président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Antony à Gauche! n°6

vendredi 9 octobre 2009

« En 1859, il y a cent cinquante ans, naissait Jean Jaurès, homme politique dont les valeurs sont plus que jamais d’actualité.

Du soutien aux mineurs grévistes de Carmaux à la défense de Dreyfus, de l’opposition à la peine de mort à la bataille parlementaire pour la séparation des Églises et de l’État, du combat pour l’enseignement laïque à la lutte pour les libertés syndicales, ce grand socialiste, humaniste et pacifiste incarne toutes les résistances, toutes les exigences, toutes les espérances. Jaurès dénonçait la collusion du pouvoir avec les milieux capitalistes. Il a voulu et réussi la fusion des différentes sensibilités de gauche et a milité pour un dialogue entre les partis et les syndicats.

Aujourd’hui, c’est le même idéal que nous portons lorsque nous nous mobilisons avec l’ensemble des partis de gauche et des syndicats pour que La Poste reste un grand service public de proximité au service des citoyens sur l’ensemble du territoire français.

Vous êtes nombreux à avoir affirmé haut et fort avec nous votre refus du projet du gouvernement : En France plus de deux millions de personnes (et 2351 à Antony !)

Le gouvernement pourra-t-il rester sourd devant cette mobilisation sans précédent ?

Les socialistes seront présents dans vos quartiers ces prochaines semaines pour distribuer le n°6 de « ANTONY A GAUCHE! », le journal de la section locale.