La gauche qui agit – La gauche qui protège

Les 10 et 17 juin, vous allez décider de la politique qui sera menée en France pour les cinq ans qui viennent.

Selon la majorité parlementaire qui sortira des urnes, les choix économiques, sociaux, fiscaux, éducatifs seront bien différents. […]

Lire de tract

2 réponses à “La gauche qui agit – La gauche qui protège”

  1. BREANT dit :

    La Gauche qui agit, la Gauche qui protège!
    Les Français ont voté et ont cru que leur protection, c’est Sarkozy qui la leur apporterait! Et les premières mesures qu’il a prises sembleraient lui donner raison! Mais, Kouchner ou Hirsch pourront-ils tenir longtemps, plus longtemps que celui des prochaines échéances électorales? C’est la seule questiuon qui vaille. Et c’est sur ce tempo que la campagne doit être axée.
    Faire resortir les problèmes et non jetées des anathèmes stériles qui confortent dans le sens du refus de la Démocratie.

  2. Jean-Christophe dit :

    Tiendront-ils jusque là ?
    Sur le site du Monde ce soir, la première « brèche » :

    Martin Hirsch contre les franchises sur les soins
    21.05.07 | 22h39
    PARIS (Reuters) – La ministre de la Santé Roselyne Bachelot s’est entretenue avec le Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch, qui a fait savoir qu’il n’approuverait pas les franchises sur les soins proposées par Nicolas Sarkozy.

    L’ancien président d’Emmaüs France, dont la particularité au gouvernement est de n’avoir ni titre de ministre ni celui de secrétaire d’Etat, a déclaré lundi au micro de France Inter qu’il n’approuverait pas l’instauration de nouvelles franchises sur les soins pour financer la Sécurité sociale.

    Il estime que ce n’est pas « une bonne mesure ».

    Durant sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait préconisé quatre franchises non remboursées par la Sécurité sociale sur les premiers euros annuels dépensés par les assurés en médicaments, examens biologiques, visites médicales et hospitalisations.

    Dans un communiqué publié après sa rencontre avec Martin Hirsch, Roselyne Bachelot souligne qu’elle reverra le haut-commissaire « très bientôt pour définir les conditions de mise en oeuvre de cette réforme ».

    La ministre précise « que la franchise annoncée par le gouvernement devait être entendue comme un facteur de responsabilisation des assurés qui, conformément aux engagements de Nicolas Sarkozy, serait accompagné des exonérations nécessaires pour tenir pleinement compte des situations sociales très dégradées ».

Laisser un commentaire